Formation Cameraman

Présentation
Programme
Admission
Présentation

LE METIER DE CAMERAMAN.


Un regard, un angle de vue, le caméraman est notre œil ouvert sur le monde. Témoin de ses contemporains, il met la vie en image. Passion, travaille loisirs, guerres, rien n’échappe à sa caméra.
Du gros plan qui fait pleurer au plan large qui fait rire, images brutes ou mises en scène, il influence notre vision des évènements et fait croire que nous y étions.

metier-de-cameraman-3Le métier de caméraman est en amont du processus de création d’un film. Il a donc une responsabilité toute particulière, car son travail conditionne toute la suite. Il est très rare de pouvoir retourner une séquence ratée. La fiabilité est donc une qualité déterminante du caméraman.

Le métier de caméraman se décline en 2 situations distinctes :

  • Le caméraman de reportage : mobile, dynamique, autonome, le caméraman reporter bénéficie d’une grande liberté. Il est le seul à avoir l’œil dans le viseur. En petite équipe avec un réalisateur ou un journaliste et un ingénieur du son, son esprit est constamment en alerte pour débusquer LE plan parfait. Il maîtrise parfaitement sa caméra avec laquelle il fait corps et qu’il ne lâche jamais.

  • Le caméraman de plateau : sur un plateau de télévision ou de cinéma, le caméraman, casque sur la tête et œil sur l’écran de contrôle, reçoit les ordres du réalisateur, auquel il doit répondre dans la fraction de seconde. Il est la plupart du temps en direct et n’a pas droit à l’erreur. Mais il est aussi force de proposition, et suggère des cadres pertinents au réalisateur.

LE CAMERAMAN ET LA LUMIERE.

metier-de-cameraman-1L’image n’existe pas sans la lumière. Le métier de caméraman intègre bien sûr cette composante fondamentale. En reportage, le caméraman est souvent autonome et responsable de l’éclairage. Il connaît les caractéristiques des différentes sources de lumière et sait les exploiter. Sur un plateau, le caméraman sait mettre en œuvre un gril technique simple, mais est rapidement relayé par le chef opérateur sur une prestation complexe.

LE CAMERAMAN ET LA MACHINERIE.

La machinerie est l’ensemble des équipements permettant de créer des mouvements de caméra complexes : travelling, slider, grue, dolly, jib, pied colonne….
Le métier de caméraman amène fréquemment à exploiter ces équipements. La machinerie peut même devenir une spécialité.

LES SFX

metier-de-cameraman-2Les effets spéciaux au cinéma génèrent des situations de tournage particulières, permettant en post-production de fusionner des images réelles et des images de synthèse. Ce sont tous les tournages sur fond vert. Plus globalement, les SFX (Special Effects) regroupent l’ensemble des tournages à « effets spéciaux » : explosions, incendies, accidents, cascades, maquillages…
EMC propose un cursus complet : effets spéciaux au cinéma.

L’EVOLUTION PROFESSIONNELLE.

Le métier de caméraman peut naturellement évoluer dans plusieurs directions :

  • La lumière est la composante la plus importante de l’image. La maîtrise parfaite de la lumière est une spécialité. C’est celle du Directeur de la photo. Au cinéma, le ‘Dir Phot’ est le responsable du design lumière et de l’esthétique globale d’un film. C’est une évolution normale du métier de caméraman.

  • Un caméraman spécialisé dans le grand reportage se verra confier progressivement la préparation, puis l’écriture des sujets sur lesquels il travaille. Il devient alors JRI : Journaliste Reporter d’Images. Il travaille pour une chaîne de télévision, une société de production ou en indépendant.

  • Au cinéma, le caméraman est au cœur du plateau. Passé Directeur de la photo, collaborateur indispensable du réalisateur, témoin de la direction d’acteur, c’est assez naturellement qu’il s’orientera à son tour vers la réalisation.


LA FORMATION CAMERAMAN EN ALTERNANCE A L’EMC.

Suivre le cursus caméraman à l’EMC, c’est la garantie :

  • De suivre une formation professionnalisante totalement en phase avec les attentes des entreprises.
  • D’être encadré par des professionnels expérimentés experts dans leur domaine.
  • De bénéficier d’un suivi totalement personnalisé pendant les études.
  • De disposer d’équipements au top de la technologie.
  • De bénéficier de prêt de matériel pour des projets personnels.
  • D’accumuler une expérience significative grâce à l’alternance.
  • De constituer son réseau relationnel

Retrouver le programme complet de la formation cameraman

Prenez connaissance des modalités d'admission de cette formation.

Programme

LA FORMATION CAMERAMAN EN ALTERNANCE.


La formation cameraman en alternance prépare en 2 ans à un titre professionnel particulièrement apprécié des entreprises, car les étudiants titulaires sont parfaitement opérationnels et ont déjà acquis une large expérience de terrain. La formation très orientée pratique et pédagogie par projets s’appuie néanmoins sur une solide culture technique.

formation-cameraman-1


MODULE 1 : TECHNOLOGIE VIDEO.

Objectif opérationnel : La formation cameraman permet d’acquérir une culture technique large afin de d’utiliser les équipements de façon professionnelle, de pouvoir s’adapter rapidement à des équipements inconnus, de pouvoir évoluer professionnellement.

  • Théorie du signal : de la chaîne vidéo à la chaîne de télévision.
  • Les standards de télévision.
  • Les différents types de modulation.
  • Technologie des caméras.
  • Les formats d’enregistrement.
  • Les formats de fichiers.
  • Technologie des enregistreurs.
  • Technologie numérique.

MODULE 2 : OPTIQUE.

Objectif opérationnel : La formation cameraman forme des opérateurs de prise de vue capables de déterminer les équipements adaptés à chaque prestation, notamment, le choix très important des optiques.

  • Physiologie et paramètres de la vision.
  • Les lois de l’optique.
  • Notions de photométrie.
  • Notions de colorimétrie.
  • Les lentilles.
  • Caractérisation d’un objectif.

MODULE 3 : CULTURE DE L’IMAGE.

Objectif opérationnel : La formation cameraman intègre également la nécessité d’acquérir une culture de l’image importante. Un cameraman est amené à travailler sur des projets de natures très différentes, avec des équipes venant d’horizons différents. Il doit être capable de s’adapter à toutes les situations.

  • L’image fixe : la notion de cadre, de plan de séquence.
  • Les règles du raccord.
  • Le mouvement à la caméra.
  • Analyse de différents genres audiovisuels.
  • Analyse sonore.

MODULE 4 : MISE EN ŒUVRE D’UNE UNITE DE TOURNAGE.

Objectif opérationnel : La formation cameraman accorde une importance capitale à la fiabilité, qualité fondamentale du cadreur. Cette fiabilité passe par l’acquisition de procédures automatiques pour mettre en œuvre une unité de tournage dans les règles de l’art.

  • Choix et montage d’une optique.
  • Vérification et correction des défauts optiques.
  • Installation réglage d’un pied de caméra : hauteur, bulle équilibre, friction.
  • Réglage des menus internes.
  • Installation d’un dispositif de monitoring.

MODULE 5 : MAITRISE DE LA CAMERA.

Objectif opérationnel : La formation cameraman propose une série de travaux pratiques permettant de mettre en applications toutes les règles liées à l’image fixe et en mouvement découvertes dans le module culture de l’image.

  • Tourner un plan fixe : construire un cadre en respectant les règles de composition.
  • Créer une continuité d’image : choisir les axes de prise de vue, les valeurs de plan, les focales, les profondeurs de champ.
  • Réaliser un mouvement au pied de caméra fluide.
  • Tourner à l’épaule un plan stable.
  • Réaliser un mouvement de caméra complexe.

MODULE 6 : LES MISES EN SITUATION.

Objectif opérationnel : La formation cameraman met les étudiants dans toutes les situations de tournage, couvrant toutes les formes de produits audiovisuels.

  • Les techniques de reportage.
  • L’écriture documentaire.
  • Le travail du JRI
  • Le caméraman de plateau.
  • La publicité.
  • Le clip.
  • La fiction

MODULE 7 : LA MACHINERIE.

Objectif opérationnel : La formation cameraman intègre une formation à la machinerie donnant une plus-value importante aux compétences du caméraman. La machinerie peut devenir une spécialité.

  • Le travelling.
  • La grue motorisée tête 3D
  • Le slider.

MODULE 8 : ECLAIRAGE.

Objectif opérationnel : La formation cameraman donne une formation complète à la lumière. Une évolution possible du métier est celle de chef opérateur.

  • Les différentes sources de lumière.
  • Technologie des projecteurs.
  • L’éclairage 3 points.
  • L’éclairage en reportage.
  • Le portrait.
  • Le packshot.
  • L’éclairage de plateau : installation d’un gril technique.
  • L’éclairage de fiction.

MODULE 9 : LES PROJETS.

Objectif opérationnel : La formation cameraman produit chaque année plus de 200 films, ce qui représente plus de 10 films par étudiants dans tous les genres audiovisuels : News, reportage, documentaire, publicité, plateau multi caméra, clip, film de fiction.
En plus des projets tuteurés obligatoires, les étudiants peuvent proposer des projets complètement personnels. Lorsqu’ils sont validés par l’équipe pédagogique, ils bénéficient du matériel de l’école en prêt, hors cours.

MODULE OPTIONNEL : LE TOURNAGE SFX.

Objectif opérationnel : La formation cameraman propose un module optionnel permettant de se confronter aux techniques de tournage à effets spéciaux spécifiques au cinéma.

  • Effets météo : fumée, pluie, vent brouillard.
  • Maquillage : accidents, horreur, masques, science-fiction.
  • Maquettes : intégration de maquettes dans des vues réelles.
  • Armes : tirs, impacts.
  • Direction d’acteur

.

Retrouver la présentation complète de la formation cameraman

Prenez connaissance des modalités d'admission de cette formation.

Admission

Tarifs

Coûts de formation 2017-2019 : 6 350 € par an
Droits d'inscription 2017 : 300 €
Frais de sélection 2017 : 90 €

Durée, organisation

La formation Caméraman est un cursus de 2 ans post bac.         
L’organisation est alternée. Le rythme d’alternance est de 2 semaines d’études à l’école et de 2 semaines de stage en entreprise pendant toute la durée des études.

 

Public concerné

La formation s’adresse aux personnes souhaitant une approche pragmatique et concrète dans ses études, avec une large place accordée à la pratique en centre et en entreprise, aux projets, tuteurés ou personnels.     
Elle est accessibles aux titulaires du baccalauréat toutes sections.

 

Admission

L’admission est basée sur un ensemble de critères visant à identifier un niveau scolaire d'une part, et la pertinence du projet professionnel d'autre part.      
Les épreuves d'admission sont ouvertes aux titulaires d'un baccalauréat général ou professionnel toutes options.

 Conseil d’admission

L’équipe pédagogique d’EMC se réunit pour statuer sur chaque candidature. Elle prend en compte :

  • Les bulletins scolaires de 1ère et terminale : notes dans les matières significatives pour la formation visée, appréciations des enseignants, absences. Le candidat doit montrer qu’il n’est pas réfractaire aux études.
  • Les épreuves complémentaires de sélection, pondérées par l’option du bac.
  • La solidité du projet professionnel présenté dans l’entretien individuel.

 

L’ensemble de ces éléments dessine un profil du candidat jugé compatible avec la formation et le métier visé.

Pour les candidats en classe de terminale, l'inscription ne deviendra définitive qu'après les résultats du bac.

 

Epreuves de sélection

1) Epreuve de sciences.

Les sciences ne sont pas la dominante de cette formation. Néanmoins, le caractère technique de la formation nécessite un bagage minimum validé par l’épreuve. Cette épreuve est un QCM de 40 questions. Les thèmes sont les suivants :

  • Bases du calcul.
  • Règles du calcul fractionnaire.
  • Proportionnalité, règle de 3.
  • Utilisation des puissances de 10.
  • Fonctions trigonométriques.
  • Logarithme décimal.
  • Logique.
  • Electricité : grandeurs fondamentales.
  • Lois fondamentales.

 

 2) Epreuve de culture de générale.

La culture générale est l’ensemble des connaissances, toutes matières confondues, qui permet de comprendre une problématique, d’analyser une situation, de transmettre une idée, et tout simplement d’échanger.
Il est bien sûr difficile d’évaluer une culture générale au travers d’un questionnaire. L’épreuve est un QCM de 54 questions comportant des questions basiques auxquelles il est nécessaire de répondre, et d’autres plus difficiles permettant de mettre en évidence une ouverture d’esprit du candidat.

L’épreuve n’est éliminatoire que lorsque les questions basiques ne sont pas exactes.

 3) Epreuve de culture de l’image.

L’épreuve de culture de l’image a pour but de valider que le candidat montre un réel intérêt pour le domaine professionnel qu'il vise. Le test est un QCM de 60 questions de niveau "amateur éclairé" sur les sujets suivants :

  • Le vocabulaire de base de la technique audiovisuelle.
  • Les fonctions primaires d’une chaîne de prise de vue.
  • Les fonctions informatiques principales.
  • Les logiciels liés à l’image.
  • La culture cinématographique.
  • La culture télévisuelle.

 

 4) Epreuve rédactionnelle.

Trois thèmes relatifs à l'environnement professionnel au sens large sont proposés. Le candidat doit développer sur 1 à 2 pages le sujet de son choix. Le candidat n'est pas évalué sur la pertinence technique de sa réponse, mais sur sa capacité à exposer clairement une idée et la défendre par des arguments adaptés. Une maîtrise normale de la syntaxe est attendue.             
Voici un exemple de thème proposé :

« La télévision ne cesse de perdre du terrain par rapport aux autres écrans. Quel avenir lui voyez-vous ? »

 5) Entretien individuel.

Dans cette épreuve dite "de motivation", le candidat doit être en mesure d'exposer clairement ce qui motive son orientation. L’entretien individuel est déterminant dans la sélection pour cette formation. Celle-ci étant plus axée sur le projet professionnel que sur un niveau strictement scolaire, le candidat doit montrer que son choix est construit. On peut citer :

  • L’origine de ce choix et l’élément déclencheur.
  • L’ensemble des démarches entreprises pour obtenir des informations.
  • La capacité à décrire les grandes lignes du métier.
  • Le niveau de compréhension de l'environnement professionnel.
  • Les éventuelles expériences amateur.
  • Les rencontres et échanges avec des professionnels.

 

Validation et poursuite des études.

Certificat d’école niveau III. Le certificat est délivré au terme d’un examen final comportant :

  • 3 mises en situation synthétisant l’ensemble des compétences attendues du cadreur.
  • Une évaluation du book de l’étudiant présentant l’ensemble de ses réalisations
  • pendant les 2 années d’études (environ 10 films).
  • Un entretien dans lequel le candidat retrace son parcours de stage, et doit attester de son intégration dans le milieu professionnel.