Wilfried Goffard

Wilfried Goffard

Technicien Son

Wilfried, vous êtes un ancien EMC SON. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Je m’appelle Wilfried GOFFARD, j’ai 31 ans et je travaille comme technicien son ou ingénieur du son, selon les cas. J’ai fait la formation Technicien Son Musiques Actuelles en 2009. .

Comment avez-vous décidé de faire une école de son ?

Curieux de ce milieu, j’avais fait une journée de découverte dans un studio de répétition. J’avais également suivi un groupe pendant 1 an. Je n’y connaissais rien, j’ai aidé comme j’ai pu, j’ai surtout aidé à porter les instruments !
Quant au choix de l’EMC, ça été très simple. J’ai commencé à faire des recherches sur Internet. J’ai ensuite fait plusieurs JPO dans différents établissements. Au final, j’ai choisi l’EMC car c’était la seule école qui proposait une professionnalisation rapide. J’avais envie de faire des études courtes et travailler rapidement. Avec l’alternance, j’étais certain d’être très vite confronté au terrain et à ma future activité.

Quand on travaille, le soir de Noël!Wilfriedweb

Que vous a apporté la pédagogie alternée ?

La pédagogie alternée m’a énormément apporté, bien sûr! C’est le gros point fort de l’école. Ça nous permet de voir comment ça se passe sur le terrain. On se fait des contacts pour l’avenir et on apprend. Grâce à l’alternance, j’ai mis un premier pied dans le monde du travail.

Comment avez-vous trouvé votre premier emploi ?

J’étais en stage au studio Sextan. La troupe de « Mozart l’opéra rock » »répétait à la Fonderie. Ils m’ont proposé de les accompagner en tournée et je les ai suivis. J’ai fait 6 mois de tournée, 206 dates avec eux, dans des salles mythiques telles que le Palais de Sports de Paris, le Dôme à Marseille et la plupart des Zéniths de France. J’ai fait un an d’intermittence avec ce spectacle.

wilfried2Wilfried donne cours à nos Ingénieurs du Son. Ici un worshop sur les HF.

Décrivez nous votre parcours de ce 1e emploi à votre position actuelle. 

Depuis ma sortie de formation, je travaille donc comme comme technicien son, technicien HF ou Ingé Son, selon les demandes. .Je fais l’installation, le réglage et l’exploitation de systèmes son pour des concerts, des évènements, des spectacles.
J’ai commencé les tournées avec Mozart l’opéra rock, puis j’ai enchaîné avec Fame, Dothy et le magicien d’Oz. Je travaille aussi pour des prestataires comme Sextan, De préférence, Dushow, Novelty, Videlio, MDS, BLive... Je fais avec eux beaucoup de concerts et d’évènements comme, par exemple, la tournée de Michel Fugain, La légende du Roi Arthur, Emilie Jolie, Le rouge et le noir, Hit-Parade, Les choristes, Bodyguard, Priscilla folle du désert, Jean-Paul Gauthier Fashion Freak Show, No Money Kids, Cirque de Paname, Jeremy Ferrari, Le Seigneur des Anneaux…
Il m’arrive de travailler sur des gros spectacles en résidence parisienne, mais je suis souvent sur les routes avec les artistes. On est en tour bus ou en transport avec hôtel, ça dépend. On travaille souvent avec les mêmes personnes. On croise les mêmes têtes régulièrement. Je fonctionne aussi en binôme afin de pouvoir me faire remplacer.
Mes projets futurs ? Continuer mon activité dans le live et développer petit à petit mon activité dans le mastering.

Que vous a apporté l'EMC, selon vous?

L’EMC, pour moi, ça a été un tremplin. Quand j’ai commencé, je n’avais aucune notion: ni en musique, ni en technique. La formation à l’EMC m’a permis d’acquérir des bases solides et une méthode de travail. Avec l’alternance, j’ai pu me faire des contacts, rencontrer des gens, grâce à qui j’ai pu avoir des contrats et obtenir mon statut d’intermittent du spectacle. 

Quel est votre souvenir le plus marquant de vos études ?

J’ai surtout le souvenir des heures de travail! J’allais en cours, ensuite j’enchaînais chez le prestataire chez qui j’étais en stage, ensuite j’allais bosser sur un spectacle au Grand Rex pour finir par des démontages de concerts. Je ne dormais que quelques heures et je recommençais ! C’était une période très, très intense….

Avez-vous des conseils pour les futurs étudiants attirés par votre métier précisément et plus largement par le son ?

Je leur dirais surtout de ne pas attendre qu’on vous prenne par la main, qu’on vous présente à des professionnels et qu’on vous trouve un emploi, en vous disant quoi faire. Vous devez vous investir, ne pas compter vos heures, être curieux d’apprendre et de comprendre. Déplacez-vous, cherchez des stages intéressants afin de progresser et de trouver des contacts qui seront peut-être vos futurs emplois de demain.
Il faut se bouger, se donner les moyens, donner de son temps. Il ne faut pas attendre passivement, il faut se professionnaliser sans cesse. Il faut y aller à fond et garder le sourire!

NB/ Wilfried est aussi intervenant à l'EMC: il enseigne à nos Ingénieurs du Son Musiques Actuelles, les secrets des HF.